Classement Pisa : les élèves français toujours médiocres

La France affiche une peu glorieuse 26e place en sciences, le domaine majeur d’évaluation de la dernière étude internationale PISA, qui concerne les élèves de 15 ans de l’OCDE.

Il y a trois ans, Vincent Peillon, alors ministre de l’Éducation, évoquait des «résultats inacceptables» au classement international PISA, qui évalue le niveau des élèves de 15 ans des pays de l’OCDE. L’édition 2016, publiée ce 6 décembre, place le pays en 26e position en sciences, le domaine majeur d’évaluation de cette dernière étude (*). Ni progression, ni régression par rapport à 2013, pour la 5e économie mondiale. Et un classement général en demi-teinte. «Malgré les grandes avancées technologiques et les investissements importants dans l’éducation, les performances en sciences sont restées identiques ou ont chuté depuis 2006», constate Gabriela Ramos, directrice de Cabinet du Secrétaire général de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), jugeant ces résultats «décevants».

Parmi les membres de l’OCDE, seuls le Portugal et Israël ont progressé. Onze pays accusent une baisse, parmi lesquels la Finlande, jusqu’alors si souvent citée en modèle. En chute de 11 points, elle occupe malgré tout la 5e place du classement. Le podium vient confirmer cette année l’écrasante domination de l’Asie. «Lors des premiers PISA, il fallait aller en Finlande. Désormais, c’est à Singapour que cela se passe», poursuit Gabriela Ramos.

Avec un score de 495 points en sciences, la France se situe légèrement au-dessus de la moyenne de l’OCDE (493), derrière l’Allemagne ou la Belgique (au-dessus de 500 points) et devant l’Italie (481). Une performance stable depuis 2006.

Au-delà des résultats scolaires, l’enquête PISA interroge le pays sur sa capacité à mobiliser sa jeunesse autour des sciences. Alors que dans l’OCDE, près d’un élève sur quatre envisage d’exercer une profession scientifique qui nécessitera un diplôme de l’enseignement supérieur, cette aspiration ne concerne qu’un Français sur cinq. Par ailleurs, les élèves français prennent moins de plaisir dans l’apprentissage des sciences. Et les filles encore moins que les garçons.

Outre les sciences, l’enquête PISA teste les élèves de 15 ans dans deux autres domaines. En mathématiques, la France, qui vient d’afficher des résultats déplorables dans l’enquête internationale Timss (Trends in Mathematics and Science Study), arrive en 26e position. Après une baisse significative entre 2003 et 2012, elle affiche la stabilité. En compréhension de l’écrit, elle regagne quelques petits points et se place au 19e rang.

Cette année encore, l’Hexagone se démarque par sa capacité à reproduire les inégalités sociales. Ainsi, le milieu socio-économique explique plus de 20% de la performance obtenue par les élèves de 15 ans, contre 13% en moyenne dans l’OCDE. Seuls la Hongrie et le Luxembourg se situent également à un niveau supérieur à 20%. Pour Eric Charbonnier, expert éducation à l’OCDE, ce résultat ne doit pas être perçu comme une fatalité. «Car les pays qui ont réussi à réduire les inégalités sont très différents», du Japon au Canada, en passant par la Corée et l’Estonie.

Publicités

Réagissez

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :