Handball : les Bleues échouent encore aux portes de la finale

L’équipe de France féminine ne jouera pas sa première finale européenne. Les Bleues d’Olivier Krumbholz sont tombées face à la Norvège, tenante du titre et championne du monde, vendredi à Göteborg. Pourtant, les vice-championnes n’ont pas démérité en bousculant jusqu’au bout les Norvégiennes, qui affronteront les Pays-Bas en finale.

L’équipe de France ne verra toujours pas la finale de l’Euro. Les joueuses d’Olivier Krumbholz ont pourtant eu les armes pour s’offrir l’exploit de battre la Norvège, impériale sur les matches-couperets depuis de nombreuses années. Les Bleues s’inclinent 16-20, malgré une belle bataille, qui laissera sans doute quelques regrets. Dans un combat de défenses, Silje Solberg, le gardien remplaçant des Norvégiennes a fait basculer la rencontre en faveur des tenantes du titre nordiques.

Que cette rencontre pourra laisser des regrets. Car face à une des meilleures équipes du monde, les coéquipières d’Alexandra Lacrabère ont souvent joué les yeux dans les yeux avec leurs adversaires. Encore dans le coup dans les dix dernières minutes, les Tricolores ont péché par manque d’expérience, craquant dans le « money-time » en encaissant un fatal 5-0 (16-15, 53′). Elles sont tombées sur un rideau défensif imperméable et une Solberg en état de grâce toute la rencontre durant (13/22 dans les cages).

Trop peu de variété offensive

Les vice-championnes olympiques ont aussi manqué d’inventivité en attaque pour mettre en péril des Norvégiennes hermétiques. Si les exploits de Lacrabère (5 buts dans le premier quart d’heure, seulement un ensuite) ont un temps suffi, l’absence de variété face aux buts adverses a finalement enterré les derniers espoirs des Françaises. Le choc entre les deux meilleures défenses de la compétition aura tenu ses promesses, permettant à l’excellente Laura Glauser (huit parades en seconde période) et les siennes de revenir dans le coup après avoir été menées de trois buts quelques minutes avant la mi-temps. Un come-back malheureusement trop tôt, trop court pour forcer la décision.

La compétition n’est pas terminée avec une médaille de bronze à aller chercher contre le Danemark dimanche à 15h30. Mais comme à Rio, le métal ne serait pas celui espéré pour une équipe pleine de promesses mais encore un peu verte. Trop en tout cas face au réalisme impitoyable d’habituées comme les Norvégiennes. A 16-18, un peu plus de trois minutes à jouer et en supériorité numérique, la capitaine Siraba Dembélé manque son face-à-face. Derrière, Oftedal profite d’un oubli des Françaises pour conclure l’affaire. Le genre de détails qui fait toute la différence à un tel niveau. Et d’expérience qui ne peut que faire grandir cette équipe.

Publicités

Réagissez

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :