La rétrospective de l’année 2016 en politique

Lorsque l’on fait un petit retour en arrière dans notre mémoire pour se souvenir de ce qui s’est passé pendant l’année 2016 que nous venons de quitter, quelques grands évènements nous reviennent en mémoires, comme l’élection de Trump, ou encore les primaires de la droite et du centre récemment en France. Que s’est-il passé politiquement tout au long de l’année ? Quels évènements notre mémoire a oublié ? Voici un bref retour de notre année politique en France ainsi qu’à l’international.

Article de Laurie Chamard | Suivez-la sur Twitter | Publié le 18/01/2017 à 20h10

Commençons par le commencement, l’un des premiers faits marquants de l’année a été la démission de Christiane Taubira, le 27 janvier. Pas besoin de nous éterniser dessus, la garde des Sceaux, ministre de la Justice qui avait pris ses fonctions le 16 mai 2012 décide de quitter le gouvernement à cause d’un désaccord politique, en l’occurrence la déchéance de nationalité. Elle annonce d’ailleurs sur twitter « Parfois résister c’est rester, parfois résister c’est partir. ». Cette décision est regrettée par la Gauche, mais réjouit l’opposition de droite.

Le 17 février, la Loi Travail est dévoilée, portée par Myriam El Khomri, ministre du travail elle vise à réformer le code du travail. La ministre s’attend à ce moment à des difficultés, mais les manifestations qui vont suivre durent dans le temps et sont parfois plutôt violentes. Au terme de nombreux mois de débats houleux, la loi travail est adoptée le 21 juillet grâce au 49 :3. Des millions de gens ont manifesté dans la rue entre février et juillet de jour comme de nuit et on se souvient particulièrement du mouvement « Nuit debout », pendant lequel de nombreux dérapages se sont produits, mais qui a aussi fait vivre de grands moments notamment lorsque l’orchestre de Nuit Debout à entamé La Symphonie du Nouveau Monde, œuvre  de Dvorak, forte symboliquement.

En Mai, s’ouvre une grande période d’élection et de vote que les médias relateront plus ou moins. Le bal s’ouvre le 9 mai avec l’élection du président Rodrigo Duterte aux Philippines (Parti démocrate-Pouvoir populaire, centre-gauche). Le nouveau dirigeant a souvent été comparé à Donald Trump à cause de sa communication enragée, allant de l’insulte du Pape François qui avait selon lui causé des embouteillages par sa venue, à cette phrase « Le maire aurait dû passer en premier », prononcée au sujet d’une missionnaire australienne, violée en 1989, dans la ville de Davao, qu’il dirigeait. Comme Trump, alors qu’il a annoncé sa candidature, peu de personnes ont cru à son succès. La politologue de l’université des Philippines, Edna Co a déclarée « Les gens peuvent s’identifier à son attitude, à son langage. Il promet de changer les choses à sa manière, selon ses propres règles », si cela ne nous rappelle pas quelqu’un …

Les Britanniques ont voté le 23 juin, à 52% des voix leur sortie de l’Union Européenne. Onde de choc pour le reste de l’UE et David Cameron qui avait organisé le référendum mais avait activement milité contre la sortie de la Grande Bretagne de l’Europe. Ce dernier donne alors, comme il l’avait prévu, sa démission. Suite à ce vote, la livre sterling a chuté, et les personnalités politiques se sont défilées pour ne pas gouverner l’UK, c’est finalement à Theresa May que revient cette tâche.

Le plus grand évènement de l’année politique internationale fût évidemment l’élection présidentielle américaine, dont le nouveau dirigeant, élu le 8 novembre, est Donald Trump, candidat des Républicains. Le candidat que personne ne croyait dangereux, que personne ne prenait réellement au sérieux, a vu sa côte de popularité exploser. Il l’a emporté sur la candidate démocrate, Hillary Clinton, que tout le monde désignait comme gagnante. Le franc parlé du candidat républicain, le fait qu’il s’adresse aux électeurs considérés comme « oubliés » par le systèmes, le fait qu’il s’adresse en fait à une population traditionnelle blanche et protestante l’a fait gagner. Les nombreux scandales et affaires révélées n’ont rien changé à l’issu du vote, et c’est bien Trump, l’homme d’affaire, mais aussi le présentateur d’une émission de télé-réalité qui est devenu le nouveau président des USA.

Pour en finir avec les élections, Alexander Van der Bellen a été élu président de l’Autriche le 4 décembre. Candidat sans étiquette mais soutenu par Les Verts, il avait fini deuxième du premier tour avec 21% devancé par Norbert Hofer, candidat d’extrême droite, emportant 35% des voix.

Un inquiétant constat s’impose, les partis d’extrême droite et populiste remportent un grands succès et ce partout dans le monde. Surement renforcée par la crise des migrants, il est visible en Allemagne également, lorsqu’Angela Merkel écrase une lourde défaite dans son fief du Mecklembourg – Poméranie occidentale, notamment dû à sa générosité envers ces migrants, générosité qui fût mal accueillie par les allemands. Un parallèle avec les années 30 serait facilement faisable, je vous laisse lire le brillant et inquiétant article d’Alain Duhamel dans Libération, « Retour des années 30 : L’impossible déni »

Revenons maintenant en France pour laquelle la fin d’année fût chargée politiquement. D’abord avec la primaire de la droite et du centre, organisée du 20 au 27 novembre. Elle a attiré 4,36 millions de votants au second tour, et pas beaucoup moins au premier. Sept candidats se sont affrontés, et contrairement à ce que les sondages annonçaient, Nicolas Sarkozy s’est fait évincer dès le premier tour en arrivant troisième. Le vainqueur du second tour est François Fillon, alors que l’on ne l’attendait pas.

En ce qui concerne la gauche, François Hollande annonce le 1er décembre qu’il ne se représentera pas aux présidentielles 2017, une première dans l’histoire de la Vème république. Cela laisse donc la place à Manuel Valls qui se porte alors candidat, et se considère même comme le seul pouvant remporter les présidentielles. Il annonce, « J’ai cette force en moi ». Il a ensuite surpris en annonçant le 15 décembre sur France Inter qu’il voulait supprimer purement et simplement le 49 :3. « Dans la société de la participation dans laquelle nous vivons son utilisation est devenue dépassé et elle apparait comme brutale, donc je proposerai que hors texte budgétaire parce que la nation a besoin d’un budget, je proposerai de supprimer purement et simplement  le 49 :3 ». Ministre qui l’a utilisé 6 fois lors de son mandat.

Plusieurs candidats de gauche ont décidé de ne pas passer par les primaires, comme Mélenchon, dont la côte de popularité explose actuellement, et Emmanuel Macron, représentant la jeunesse et le dynamisme. Les sondages lui sont très favorables, et il est l’un des seuls qui échappe aux règlements de comptes. Son mouvement En Marche ! progresse de jour en jour.

Enfin, la situation en Syrie ne s’est pas améliorée tout au long de l’année, et on assiste au martyr d’Alep, théâtre d’horrible violence et d’un affrontement entre les troupes de Bachar al-Assad, soutenues par la Russie, et les rebelles.

Mais si l’année 2016 parait avoir été très éprouvante, par la montée des partis populistes partout dans le monde, par une situation qui ne s’améliore pas en Syrie, par le renoncement de notre président, dont la côte de popularité est d’environ 16%, il ne faut pas oublier que de nombreuses choses positives se sont aussi passées cette année. L’ancien dictateur tchadien Hissène Habré a été condamné à la prison à perpétuité pour ses crimes contre l’humanité, la Birmanie a organisé ses premières élections présidentielles démocratiques en 50 ans, Taiwan et l’Estonie ont élu pour la première fois une femme présidente. L’espoir nous est permis pour 2017 !

Publicités

Réagissez

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :