Handball 2017 : un dernier match contre la Pologne accroché mais sans enjeux

En ce jeudi soir, la France s’est laborieusement imposée contre une équipe de Pologne joueuse. Elle finit son dernier match dans le groupe A en beauté sur un score de 26-25.

Prochain rendez-vous : samedi 21 à Lille, pour les huitièmes de finales contre l’Islande.

Un autre morceau pour la France

Il aura fallu attendre le cinquième match pour voir cette équipe accrochée.

Certes, il faut quand même préciser que les polonais ont donnée du fil à retordre à nos Bleus. Désormais éliminés de la compétition (elle termine 5e du groupe devant le Japon, avec seulement 2 points) nos adversaires du jour ont donné du fil à retordre aux Experts, en particulier au cours de la dernière période. Libérés de tout enjeu, cette équipe a montré un autre visage qu’au début de la compétition. Et elle a tout au long de la rencontre titillé les Indestructibles, ne les lâchant pas d’une semelle : les deux équipes n’ont jamais eu plus de 2 buts d’écarts.

N’oublions pas de préciser que les Français ont volontairement été privés de Nikola Karabatic et Valentin Porte, laissés au repos, mais aussi de Michael Guigou, légèrement touché à la cheville dès le début de la seconde période.

On a quand même pu compter sur un Olivier Nyokas étincelant, élu homme du match.

Les Bleus, et ça s’est vu sur le terrain, ont maintenant un œil sur l’Islande, qu’ils affronteront samedi.

Qui pourrait gêner les Bleus ?

La France arrive bien évidemment à la tête du groupe A. Mais, et ça, on s’en doutait, elle fait figure d’épouvantail dans cette compétition.

L’Espagne ne veut pas qu’on s’amuse sans elle

Premier sérieux opposant des coqs français : l’Espagne, particulièrement remontée après les JO passés sans elle et décevante en finale de l’Euro contre l’Allemagne. Lors de leurs matches de préparation, ils avaient déroulé contre la Pologne, l’Argentine et le Qatar. Il terminent également premier de leur groupe, le B.

Emmené par Raul Enterrios, le Roja reprise par Jordi Ribera qui dirige une équipe pleine de talent et toujours compliquée à jouer dans les grandes compétitions depuis 20 ans.

Le 7 majeur : Gonzalo Perez de Vargas (GB) – Valero Rivera (AilG) – Joan Canellas (ArG) – Raul Entrerrios (DC) – Alex Dujshebaev (ArD) – Victor Tomas (AilD) – Julen Aguinagalde (Piv).

L’Allemagne pleine de confiance

Les Allemands arrivent dans ce mondial courbés sous le poids de leur récent palmarès : un titre planétaire en 2007 et champions d’Europe en titre…

Emmené par Uwe Gensheimer qui évolue au PSG, cette équipe allemande a réalisé une très bonne préparation. Ils seront à prendre au sérieux.

Le 7 majeur : Filip Ivic (GB) – Manuel Strlek (AilG) – Stipe Mandalinic (ArG) – Domagoj Duvnjak (DC) – Luka Stepancic (ArD) – Zlatko Horvat (AilD) – Zejlko Musa (Piv)

La Croatie revancharde

Après sa 3e place à l’Euro, l’équipe de Croatie avait eu bien des déboires à Rio : éliminée dès les 8èmes de finales, elle a du gérer la démission de Zeljko Bebic (qu’elle a ensuite dû rappeler) et de nombreuses blessures parmi les leaders Kopljar, Maric ou Sliskovic.

Le 7 majeur : Filip Ivic (GB) – Manuel Strlek (AilG) – Stipe Mandalinic (ArG) – Domagoj Duvnjak (DC) – Luka Stepancic (ArD) – Zlatko Horvat (AilD) – Zejlko Musa (Piv)

Le Danemark : le candidat le plus sérieux

C’est sans aucun doute l’équipe à redouter dans ce mondial pour les Bleus. Aux derniers JO, ce sont les Danois qui avaient pris l’avantage et privés les « Indestructibles » du titre. Et, nous l’espérons tous, pourquoi pas une finale France-Danemark, qui aurait un air de revanche.

Un combat particulièrement intense qui pourrait une nouvelle fois les Danois du titre mondial.

Demi-finaliste en 2007 et 2009 et 2e en 1967, 2011 et 2013, le trophée planétaire manque encore sur l’étagère danoise.

Emmenés par Mikkel Hansen et l’excellent gardien Niklas Landin, les Danois sont au complet et en grande forme.

Le 7 majeur : Niklas Landin (GB) – Magnus Landin Jacobsen (AilG) – Mikkel Hansen (ArG) – Mads Mensah Larsen (DC) – Kasper Sondergaard (ArD) – Lasse Svan Hansen (AilD) – René Toft Hansen (Piv).

Autant d’équipes plus que jamais déterminées à priver la France d’une 6e étoile sur son maillot. Mais les Experts n’ont pas dit leur dernier mot…

Publicités

Réagissez

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :