Décryptage : l’argumentaire des soutiens de François Fillon

Depuis plusieurs longues semaines maintenant, alors que la presse de tout bord s’engorge de scoops et de réactions autour d’une affaire Fillon toujours plus importante, les politiques, eux, adoptent 3 réactions bien distinctes.

-La doctrine Le Pen, aussi appliquée d’une certaine manière par Emmanuel Macron : Surtout ne rien dire, ne rien faire et laisser les voix venir

-La doctrine anti-Fillon qui tente par tous les moyens de profiter de cette affaire en appuyant dessus au maximum

Mais qu’en est-il des soutiens du candidat LR ?

Ils sont bien là et occupent les médias quoi qu’on dise et en analysant bien, on découvre une stratégie commune et une défense farouche comme on pouvait s’y attendre de leur candidat, quand bien même certains comme Dominique de Villepin lui reprochent une “réaction tardive” à une “situation devenue hémorragique”.

Nous allons donc essayer de voir quels sont les effets de langages et autres thèmes argumentatifs de ceux qu’on appelle les “fillonistes” au travers d’interviews de Jean-Christophe Lagarde, Thierry Solère, Bruno Retailleau, Bernard Accoyer et Philipe Vigier pour ne citer qu’eux mais le camps Fillon est assez unanime.

  • Le champ lexical du complot est particulièrement présent dans un premier temps (polémiques, coups bas) mais surtout le recours quasi systématique au terme “boule puante”. Le terme “assassinat politique” est également fréquemment employé.

-Qui plus est, Peneloppe est compétente : « diplômée de droit et de lettre », elle n’est pas n’importe qui tout de même. C’est de plus « une élue sarthoise » ! et on la voit là-bas !

D’ailleurs, “allez donc en Sarthe et demandez aux gens si on ne la voit pas !”

Cet argument, si tant est qu’il en soit vraiment un ce dont nous ne jugerons pas ici, est également utilisé pour expliquer l’absence de Fillon et son silence : “Eh oui, tous les élus ne sont pas toujours à Paris, certains vont à la rencontre des français”.

-Vient ensuite un discours totalement bancal accusant les auteurs de l’article du canard enchaîné de misogynie du fait que “ce n’est pas parce que c’est une femme, sa femme qu’elle ne peut pas travailler”

-Mais enfin : “Posez moi des questions sur les vrais sujets qui intéressent les français !”

Mais tous ne s’arrêtent pas là. Ainsi, on pouvait il y a quelques temps entendre Philippe Vigier sur LCP tenir ces propos hallucinants : ”Il a montré que derrière cette carapace il y avait aussi un cœur d’homme, et cette générosité, c’est important, c’est essentiel parce que la France elle a besoin d’affection, elle a besoin d’amour”, le tout en accord avec Bruno Retailleau pour qui au cours de cette affaire, François Fillon “a ouvert son cœur”.

Nous dirait-on qu’il est important pour une France en manque de tendresse et en éternel besoin d’affection d’avoir à sa tête un homme capable de briser les lois et les codes pour offrir à ceux qu’il aime des emplois grassement rémunérés par l’argent public dans des circonstances pour le moins douteuses ?

Un autre propos assez récurent veut que la réaction tardive de François Fillon ne soit due qu’à…son honnêteté profonde. Ainsi, pour une de ses porte-paroles, “la façon dont ça lui est tombé dessus montre à quel point c’est quelqu’un d’honnête : Quand vous êtes honnête ça vous choque”, ce qu’appuie encore une fois Bruno Retailleau en ces mots “ce sont souvent les gens honnêtes qui se défendent le plus mal”.

Cette analyse nous permet donc de tirer plusieurs conclusions

Tout d’abord, il y a ici un schéma de défense extrêmement courant et passe-partout dans des situations d’affaire gênantes, surtout en temps de campagne.

Il est assez clair que le camps Fillon maintient une défense plus ou moins organisé sur le fond mais certaines arguments peu solides, inconsistants et les tentatives de se faire sortir le candidat LR grandi de cette affaire prouvent que son clan est frappé de plein fouet par la situation de crise.

Finalement, et bien qu’on ne fasse plus tellement confiance aux instituts de sondage, ceux-ci semblent assez unanimes pour délivrer des chiffres permettant d’établir le principe suivant : en situation de crise, les gagnants sont ceux qui se taisent, s’excluant ainsi du “tous pourris”, c’est à dire d’un cercle où fusent les “boules puantes” provenant d’un camps adverse verreux, avide de pouvoir et où les rôles semblent facilement interchangeables (ici Marine Le Pen et Emmanuel Macron mais rappelons nous le silence d’Alain Juppé lors du retour de Nicolas Sarkozy et des déboires judiciaires de son parti qui lui avaient assuré les faveurs de la majorité des français). Dans cette situation, il est évident que plus longtemps durera l’affaire, plus François Fillon sera au fond du trou de l’opinion publique, car contrairement à ceux cités plus haut, celui ci ne peut se taire.

Dans cette optique, le choix de Benoît Hamon ou de Jean-Luc Mélenchon de ne pas s’exprimer sur cette affaire semble stratégiquement bon, là où certains semblent se ruer sur une “fausse-bonne occasion” de « gratter » quelques voix….

 

Raphaël Godefroid

Publicités

Réagissez

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :