Chez Air France, la hausse de la rémunération des dirigeants passe mal

Plusieurs syndicats ont appelé à la grève le 7 mars, jour où s’ouvrent les négociations annuelles obligatoires sur les salaires. Pour désamorcer les tensions, le directeur général d’Air France a adressé mardi une lettre ouverte au personnel.

Échaudés par l’annonce d’une hausse de la rémunération des membres du comité exécutif de l’entreprise, plusieurs syndicats ont lancé à tour de rôle un appel à faire grève mardi 7 mars. La date n’est pas anodine. Cette journée correspond au lancement des négociations annuelles obligatoires, une réunion où direction et organisations syndicales représentatives se retrouvent autour de la table pour discuter notamment temps de travail et salaires.

Pour déminer les tensions, le directeur général d’Air France, Franck Terner, a adressé mardi une lettre ouverte aux salariés. Dans ce courrier, il essaie de répondre à «cette émotion légitime» née d’une «grossière erreur de calcul et de présentation». En effet, jeudi dernier, lors d’un comité central d’entreprise, la direction avait indiqué aux élus du personnel que la rétribution de la quinzaine de membres dirigeants avait atteint 4,8 millions d’euros pour 2016, contre 3,4 millions l’année précédente. Soit une hausse de 41%. D’après FO, la direction aurait même fait état d’«une augmentation de 67% pharaonique». Cafouillage. Le lendemain, la direction a démenti ces chiffres, invoquant une «mauvaise imputation comptable». «Le chiffre exact pour l’année 2016 est de 4 millions d’euros à comparer aux 3,4 millions d’euros en 2015, soit une hausse de 17,6%», a rectifié la compagnie dans un communiqué.

CGT, FO, SUD et Alter mobilisés

Dans sa lettre ouverte, le directeur général d’Air France, Franck Terner, présente ses excuses et justifie ainsi cette hausse de rémunération des membres de la direction. Sur les 17,6% d’augmentation, «12% proviennent d’une modification de la taille et de la structure du Comité exécutif: ses membres ont été plus nombreux et plus ‘seniors’ en 2016 qu’en 2015», explique-t-il. «Les 5,6% restants correspondent pour l’essentiel à l’augmentation des parts variables liée à l’amélioration des résultats» financiers. Dans ce courrier, que La Tribune a pu consulter, il ajoute qu’en 2017, les dirigeants concernés par cette hausse, verront leur rémunération baisser en 2017. «Ce même mécanisme conduira à l’inverse à une baisse de la rémunération variable 2016 (versée en 2017), du fait des résultats 2016 inférieurs à ceux de 2015», explique-t-il. Et de promettre: «Je veillerai à ce que cette diminution soit respectée.»

La direction d’Air France espère ainsi éviter une grève. Mais ce couac tombe mal alors que la direction négocie depuis des semaines avec les pilotes pour la création de Boost, la future filiale low-cost d’Air France. Pour l’heure, la CGT, FO, SUD et Alter, un syndicat de pilotes minoritaire, ont lancé un appel à la grève. De son côté, la CFE-CGC prévoit d’appeler «éventuellement à un mouvement si ses revendications ne sont pas prises en compte», a indiqué son numéro un. Du côté des pilotes, le SNPL, syndicat majoritaire, n’appellera «sans doute pas à la grève» mais négociera l’obtention d’avancées «significatives», souligne sa secrétaire générale, Véronique Damon. Quand au Spaf, deuxième syndicat, il ne déposera pas de préavis. Les hôtesses et stewards ne devraient pas faire grève non plus, le SNPNC appelant seulement à grossir les rangs d’un rassemblement prévu à Roissy.

Publicités

Réagissez

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :