G20 à Baden-Baden : vives tensions entre Washington et Berlin

Les ministres des Finances et les banquiers centraux du G20 sont réunis dans la station thermale allemande. L’Allemagne menace de déposer devant l’OMC un recours contre les États-Unis pour dénoncer le projet de Donald Trump de taxe aux importations.

Réunis vendredi et samedi à Baden-Baden en Allemagne pour le «G20 Finances», les grands argentiers et les banquiers centraux des vingt premières puissances mondiales font face à la crainte d’un retour du protectionnisme de la part des États-Unis, ce qui pourrait fragiliser tant le consensus libre-échangiste en vigueur au sein du groupe que l’Organisation mondiale du commerce (OMC) elle-même, contre laquelle Donald Trump s’est déjà montré très vindicatif.

La tension est notamment palpable entre le secrétaire américain au Trésor, Steven Mnuchin, qui participe à sa première réunion multilatérale, et son homologue allemand, Brigitte Zypries, qui rejette le projet de Donald Trump d’une taxe aux importations.

Pas de position commune sur le protectionnisme

Selon Reuters, qui a pris connaissance du projet de communiqué, les participants au G20 Finances ont d’ores et déjà confirmé leur engagement d’éviter toute dévaluation compétitive, mais ils ne sont pas parvenus encore à dégager une position commune sur le protectionnisme et le commerce international.

Le projet de communiqué souligne les risques liés à un marché des changes instable. Les grands argentiers réunis à Baden-Baden estiment que la politique monétaire continuera à œuvrer à la croissance et à la stabilité des prix sans pouvoir à elle seule amener une croissance économique équilibrée. Le communiqué définitif sera publié samedi. Chaque mot fera l’objet de négociations, de propositions en contre-propositions, et tout changement manifeste par rapport à la doctrine du G20 sera perçu comme un «effet Donald Trump».

«Pas de guerre commerciale» entre Washington et Berlin, mais un sérieux différend

L’Allemagne, un des plus grands pays exportateurs au monde, redoute tout particulièrement les menaces protectionnistes de l’administration Trump. Dans une démarche inhabituelle, la chancelière allemande Angela Merkel et le président chinois Xi Jinping ont convenu jeudi par téléphone de «promouvoir le libre-échange», selon un communiqué de la chancellerie. La question du protectionnisme ne devrait pas être discutée qu’à Baden-Baden. Alors qu’Angela Merkel est en visite aux États-Unis, le sujet devrait aussi être au menu des entretiens prévus dans la journée entre la chancelière allemande et le président américain.

La ministre allemande de l’Économie a quant à elle reconnu que l’enjeu de ces entretiens était «important» pour l’économie allemande. «L’incertitude» sur les intentions des États-Unis en matière commerciale «agit comme un poison» sur l’économie, a-t-elle mis en garde. «Notre désir n’est pas d’entrer dans des guerres commerciales», a tenté de désamorcer son homologue américain Steven Mnuchin à l’issue d’une rencontre jeudi à Berlin avec le ministre allemand Wolfgang Schäuble.

Si les acteurs ne parlent pas de «guerre commerciale», la rivalité est très forte entre Berlin et Washington. L’administration Trump dénonce l’excédent commercial allemand de 50 milliards d’euros vis-à-vis des États-Unis. «Nous savons nous-mêmes que c’est un problème et nous y travaillons. Les Américains ont besoin de nos machines et de nos usines (…) L’autre point est que nous avons un excédent commercial seulement dans le domaine des machines et des usines; dans le secteur des services, c’est l’inverse» en raison des géants américains d’internet, s’est défendue Brigitte Zypries.

Taxe aux importations: l’Allemagne pourrait déposer un recours contre les États-Unis devant l’OMC

Alerté par les conséquences possibles d’une taxe aux importations, notamment sur son industrie automobile, Berlin a mis en garde Washington quelques heures avant le début du G20 Finances.

Sur les ondes de la radio Deutschlandfunk, Brigitte Zypries a prévenu que l’Allemagne pourrait déposer un recours contre les États-Unis devant l’Organisation mondiale du Commerce (OMC) si le président américain Donald Trump concrétisait son projet de taxe aux importations. Dans son bras de fer avec Mexico pour la construction du «mur», Donald Trump menace d’imposer une taxe de 35% sur les voitures assemblées au Mexique puis importées aux États-Unis, ce qui concernerait notamment le constructeur allemand BMW. Plus généralement, la nouvelle administration américaine envisage une taxe fiscale douanière sur l’ensemble des importations, appelée «border adjustment tax», de l’ordre de 20%.

«J’espère que la raison finira par prévaloir, mais je me prépare aussi aux tribunaux. L’autre option est que nous déposions un recours contre lui à l’OMC» a déclaré la ministre allemande de l’Économie. Brigitte Zypries a précisé qu’«il exist[ait] des procédures car dans les accords de l’OMC il est clairement exposé que vous n’êtes pas autorisé à prélever plus de 2,5% de taxe sur les importations de voitures». «Ce que je veux dire, c’est que ce ne serait pas la première fois que Monsieur Trump échouerait devant les tribunaux», a ironisé la ministre social-démocrate en écho aux déboires judiciaires rencontrés par Donald Trump avec son décret migratoire.

Dans la bucolique station thermale allemande non loin de la frontière française, la réunion des ministres des Finances et des banquiers centraux des pays les plus puissants du monde ne s’annonce décidément pas de tout repos.

Publicités

2 commentaires sur “G20 à Baden-Baden : vives tensions entre Washington et Berlin

Ajouter un commentaire

Réagissez

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :