Penelope Fillon risque une mise en examen

La femme de François Fillon, qui doit répondre de l’accusation d’emplois fictifs, risque la mise en examen.

Les cameramen l’ont attendue toute la journée de lundi aux abords du pôle financier en pensant que comme pour son mari, Penelope Fillon demanderait à devancer la convocation des juges afin d’éviter le charivari médiatique. Après François Fillon et Marc Joulaud, tous deux mis en examen, c’est donc le tour de Penelope Fillon d’affronter cette audition par les juges Tournaire, Buresi et Tacheau. Ce qui devrait déboucher sur la même procédure.

Depuis deux mois, maintenant, presque jour pour jour, la femme discrète du candidat à la présidence de la République affronte le feu nourri de la justice et des médias. Elle doit répondre de l’accusation d’emplois fictifs, à la fois à l’Assemblée nationale en tant qu’attachée parlementaire et à La Revue des deux mondes, où elle n’a pas semblé la bienvenue auprès de l’équipe alors en place. Et pourtant…

Escroquerie, faux et usage de faux

Entre 1986 à 2013 – avec des coupures – l’épouse de François Fillon, qui semblait éloignée de la vie politique, a perçu 680 380 euros net, soit environ 3 600 euros mensuels en moyenne, comme assistante de son époux ou de son ex-suppléant Marc Joulaud, également mis en examen vendredi pour détournement de fonds publics.

Penelope Fillon a aussi été rémunérée à La Revue des deux Mondes entre mai 2012 et décembre 2013, pour un salaire de 5 000 euros brut, qu’elle a cumulé avec son emploi d’assistante à partir de juillet 2012, lorsque l’ex-premier ministre est redevenu député.

La semaine dernière l’enquête du Parquet national financier a été élargie aux chefs d’escroquerie, faux et usage de faux concernant des déclarations d’heures travaillées qui ne correspondraient pas aux règles comptables en vigueur au moment des faits. Son avocat Pierre Cornut-Gentille a promis qu’elle s’en expliquerait devant les juges. Elle a désormais le choix de le faire, soit par le biais d’une déclaration aux juges soit en répondant à leurs questions.

Rappelons qu’elle est toujours présumée innocente et que le cadre de ces rémunérations était légal – contrairement aux emplois fictifs des filles de Monsieur Le Roux, notamment.

Publicités

Réagissez

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :