Dieselgate : après les accusations, Renault dément

Un procès-verbal rédigé en novembre dernier révèle que le constructeur automobile «a utilisé une stratégie ayant pour objectif de fausser les résultats des tests antipollution», rapporte Libération. Le parquet de Paris a ouvert une information judiciaire le 12 janvier dernier. Renault a, dans un communiqué, formellement démenti.

Des juges vont enquêter sur Renault

Le parquet de Paris ouvre une information judiciaire contre Renault pour «tromperie». En cause, les moteurs diesel du constructeur français. La procédure sera longue, et Renault ne cesse de clamer son innocence. Mais elle ouvre la porte à un possible «dieselgate» à la française.